Joy Esther & Liza Pastor


  • Site officiel du spectacle
    (avec forum)

  • Site officiel de Aurélie Konaté
    (avec forum)
  • Depuis le 21 novembre dernier, la troupe de Belles, Belles, Belles a investi la mythique scène de l'Olympia. La comédie musicale écrite par Daniel Moyne et Jean-Pierre Boutayre, c'est en chiffres, 23 chansons de Claude François, 40 artistes (dont 10 principaux), 1 album studio.

    En pleines répétitions, InfosMusic.net a rencontré pour vous, deux des interprètes du premier single
    J'attendrai, Joy Esther et Liza Pastor. Interview.

    On va commencer par les présentations, Joy…
    Joy : J'ai dix-neuf ans et j'ai toujours vécu en région parisienne. J'ai commencé très jeune par des cours de théâtre et de chant. J'étais aussi inscrite dans une agence de mannequins enfants, grâce à laquelle j'ai fait des publicités télé et presse. Ensuite, je me suis dirigée vers le théâtre, j'ai commencé à obtenir des petits rôles dans des téléfilms ou des séries. Avec le chant, je me suis produite sur scène et j'ai enregistré un single qui n'est malheureusement pas sorti. Dommage. J'ai aussi fait partie d'un groupe pop-rock. Alors que je courais de castings en castings, mon agent m'a appelée, en début d'année, pour m'inciter à me présenter aux premières sélections de "Belles, Belles, Belles". En fait, sur deux mois, il y a eu plusieurs étapes sur le casting, et en mars, on m'a dit que c'était OK.

    N'avez-vous pas essayé les émissions de télé-réalité ?
    Joy : J'ai participé au casting de la deuxième saison de Star Academy. J'étais dans les cinquante finalistes, et c'est d'ailleurs là que j'avais rencontré Aurélie, l'année dernière. Malheureusement, je n'ai pas fait l'émission. D'un autre coté, on se retrouve avec Aurélie pour travailler ensemble aujourd'hui. Quant à "Graines de stars", je n'y avais pas participé car j'étais trop jeune.

    Liza…
    Liza : J'ai dix-huit ans. J'ai passé mon bac en juin dernier. J'ai commencé les cours de chant à neuf ans. Depuis quatre-cinq ans, je prenais des cours de danse. À partir de l'âge de quatorze ans, j'ai pris ça vraiment au sérieux en participant à des concours dans ma région (Montpellier, Montélimar, Avignon,…). J'ai commencé à gagner, progressivement. En novembre dernier, à Montpellier, l'un des responsables de RTO [NDLR : un société de spectacle] m'a remarquée et m'a incitée à me présenter aux casting de "Belles, Belles, Belles" et " Les demoiselles de Rochefort". Je répondais plus à celui de "Belles, Belles, Belles", puisque l'on recherchait une jeune fille de dix-huit ans qui sache chanter, danser et jouer de la comédie. Entre temps, j'ai participé à des émissions comme "Graine de Stars" et "C'est mon choix". Je n'ai pas fait Star Academy, car il fallait être majeure. Pour "Belles, Belles, Belles", j'ai d'abord fait le casting régional, puis national à Paris. J'ai fait la connaissance de Joy et Aurélie à ce moment-là.

    Que vous a-t-on demandé au casting ?
    Au casting régional (où plus de 12.000 personnes se sont présentées), il fallait choisir soit une chanson de Claude François , soit un extrait de comédie musicale. Ensuite, on a tous reçu une cassette avec les instrumentaux de "Comme d'habitude", "Le mal aimé" et "Le mal d'amour" qu'on devait préparer pour les interpréter devant le jury… Pour la seconde étape à Paris, seules cinquante candidates étaient retenues. Pendant trois jours, plusieurs sélections ont eu lieu devant la production, Daniel Moyne (l'un des auteurs), et Redha (le chorégraphe). Par exemple pour la danse, on devait passer soit seul soit en couple mixte avec la chorégraphie que nous avait présenté Redha. Ça s'est très bien passé. Tout est allé très vite car le lendemain, nous n'étions plus que cinq filles. Et nous avons joué la comédie avec les dialogues (qui ont été retravaillés depuis) du spectacle.

    Pouvez-vous nous parler de vos personnages ?
    Joy : J'interprète Emilie. Elle a un passé assez douloureux qui fait qu'elle a acquis une certaine maturité par rapport aux autres. Elle est très introvertie mais quand elle chante, elle s'ouvre complètement. C'est super intéressant à travailler comme personnage.

    Liza : Moi, je suis Charlotte. C'est une fille très exubérante, toujours à faire attention que son maquillage ne coule pas, que ses cheveux sont bien mis, un peu bimbo. Ceci sans tomber dans la vulgarité. Elle est très gentilles avec ses amis. Elle est à l'écoute des gens. Elle aime bien plaire aux garçons, elle aime bien qu'on se retourne sur son passage. Sa mère est une ancienne clodette. A sa mort, elle a pris un métier comme tout le monde. Elle fait un transfert sur sa fille en la poussant vers cette voie. Les personnages évoluent quand même beaucoup tout au long des scènes.

    Le communiqué de presse nous annonce onze chanteurs. Peux-t-on les connaître ?
    Fabien Richard, qui était la doublure de Pablo Villafranca sur "Les Dix Commandements". Sylvain Mathis, la doublure de "Tintin" en Belgique. Sylvie Tellier, qui a fait l'émission "La classe". Jonathan Kerr, qui a fait "L'ombre d'un géant". Anjaya, qui est une très grande danseuse, et qui a travaillé avec Ricky Martin et Ophélie Winter. Pascal Sual, qui travaille avec Redha depuis 20 ans. Antoine, un débutant. En tous cas, y'a une très bonne ambiance entre nous, malgré nos caractères très différents.



    A la fin du mois sortira l'album studio, quels sont les chansons que vous allez interprétez ?
    L'album studio comportera douze titres. Les vingt-trois au complet seront sur l'album live. "Alexandrie, Alexandra" est interprété par tout le monde. "J'attendrai" (le 1er single), "Comme d'habitude" que l'on chante toutes les trois. "Le lundi au soleil" que chante Emilie avec son frère [NDLR : qui n'apparaît pas finalement sur l'album studio]. "Je vais à Rio" chanté par la mère de Charlotte. "Cette année-là" par Jonathan Kerr. "Le mal-aimé" par Fabien Richard.

    Et niveau promotion…
    Elle a doucement commencé en septembre. En fait, GLEM produit aussi "Les demoiselles de Rochefort" qui a débuté fin septembre. Ce qui fait que la production ne voulait pas que les deux promos empiètent l'une sur l'autre. On a enregistré nos premières émissions télé avec "C'est que du bonheur" [NDLR : diffusé le 6 septembre sur France 2]. On a aussi participé à l'émission "Les 50 ans du top 50" [NDLR : diffusé le 9 septembre sur TF1] où l'on a interprété "Pour que tu m'aimes encore" de Céline Dion.

    En étant engagé dans "Belles, Belles, Belles", avez-vous écouté les originaux ?
    Comme tout le monde, nous connaissions ses grands tubes. Mais ce n'est pas dans notre intérêt de le recopier.

    Justement, comment avez-vous fait pour essayer de vous en démarquer ?
    De toute façon, les filles et les garçons ne chantent pas de la même façon. Les arrangements ont été refaits. Par rapport aux originaux, on a quand même gardé l'esprit et l'énergie. Ce que les concepteurs du spectacle souhaitaient, c'est que même si on changeait quelque chose, il fallait vraiment conserver l'énergie et la pêche de Claude François. C'est quand même un mythe.

    Craignez-vous la réaction des fans de Claude François ?
    Claude François Junior est co-producteur du spectacle. Les fans lui font confiance, savent qu'il respecte l'œuvre de son père et qu'il ne va pas nous faire faire n'importe quoi. Son intérêt, c'est plutôt de lui rendre hommage.

    Dernière question : Quelle utilisation faites-vous d'Internet ?
    Joy : Internet, moi j'y suis tout le temps, depuis trois, quatre ans. J'utilise beaucoup MSN, je surfe beaucoup sur les sites musicaux. Avec mon frère, on avait crée un site sur le foot. Je suis "très net" (rires). D'ailleurs, quand je ne suis pas chez moi et que je n'ai pas accès à Internet, je m'emmerde.

    Liza : J'ai internet chez moi dans le sud. Mais là, je viens d'emménager, et l'ordinateur est resté chez mes parents. Je trouve ça très pratique. Quand je passais mon Bac, je trouvais des infos pour mes devoirs sur le net. On ne se fatiguait pas trop (rires). Pour l'instant, ce n'est pas vital, mais je pense que ça va le devenir par la suite, comme pour les portables. C'est aussi utile pour garder le contact avec des connaissances à l'étranger. Je vais avoir un ordinateur portable d'ici peu de temps, avec l'ADSL et la webcam.

    Jean-Michel ROYER / Paris, septembre 2003
    Photo X./AS Communication


    Aurélie Konaté,
    Liza Pastor
    et Joy Esther