SITE OFFICIEL

patrickbruel.com


SITES
NON-OFFICIELS


De Faces...


DISCUSSIONS
ENTRE FANS


De Faces...

Enfance

Patrick Bruel, de son vrai nom Patrick Benguigui, est né le 14 mai 1959 à Tlemcen en Algérie, de parents instituteurs. Son père quitte le foyer familial quand Patrick a 1 an. En 1962, quand l'Algérie prend son indépendance, Patrick et sa famille s'installent en France, à Argenteuil.

Le 14 février 1972 naît le premier demi-frère de Patrick (David Moreau), puis le second (Fabrice Moreau), le 25 juillet 1975. Pendant son adolescence, Patrick fréquente les lycées Henri IV et François Villon à Paris, et il passe son temps libre à jouer au foot. En 1978, il rate son bac, mais il l'obtient finalement avec mention lorsqu'il le repasse un an plus tard, en candidat libre. Puis il travaille comme animateur dans un club de vacances.


New York New York

C'est en 1979 qu'il part à New York, aux Etats Unis. Au départ, il ne s'agit que de suivre sa petite amie pendant deux semaines. Il y restera finalement neuf mois. Pendant ce séjour, il rencontre Gérard Presgurvic : une collaboration s'établie rapidement, avant que tous deux deviennent de vrais amis, amitié qui s'est révélée indéfectible jusqu'ici.

En décembre 1982, Patrick part faire ses classes à Fontainebleau, puis son service militaire, qu'il terminera en décembre de l'année suivante.


Cinéma

C'est grâce à une annonce dans France Soir, en juin 1978 ("on recherche deux jeunes avec accent"), que Patrick décroche son premier rôle au cinéma dans Le coup de sirocco d'Alexandre Arcady, dont le tournage se déroule entre l'Afrique du Nord et Paris. Il réalise sa première télévision à l'occasion de la promotion du film.

Puis les rôles s'enchaînent : en 1982, il tourne dans Ma femme s'appelle revient de Patrice Leconte. Ensuite c'est Christian Gion qui choisit Patrick pour être l'un des héros de son nouveau film, Les diplômés du dernier rang. Quelques mois plus tard, il tient un second rôle dans le premier film de Bertrand Van Effenterre, Le Bâtard.

En 1983, il retrouve Alexandre Arcady pour Le grand carnaval, avec Philippe Noiret, puis apparaît l'année suivante dans Marche à l'ombre, de Michel blanc. En 1984, Patrick est embauché par Gérard Lauzier pour être l'une des vedettes de son nouveau film, La tête dans le sac, avec Guy Marchand et Marissa Berenson.

En 1985, il joue dans P.R.O.F.S., de Schulman qui réalisera 3 millions d'entrées. A la fin de cette année, il part en Tunisie pour tourner La mémoire tatouée, de Ridha Behi, qui n'est jamais sorti au cinéma mais uniquement en vidéo. En 1986, il joue dans Suivez mon regard de Jean Curtelin.


Le Déclic Lelouche

En juin, Patrick se rend à Sète pour les journées Georges Brassens, et il y rencontre Claude Lelouch. En septembre, les deux hommes se recroisent par hasard, et le mois suivant, Patrick joue dans Attention Bandits ! C'est pendant ce tournage que Patrick reprend confiance en ses talents de comédien : le film, sorti en juin 1987, est un succès. La même année, il joue dans Un homme amoureux, de Diane Kurys. Georges Lautner, après avoir admiré la prestation de Patrick dans Attention bandits !, lui propose de jouer dans La Maison assassinée, qui sortira sur les écrans en 1988. Si le film n'est pas un gros succès commercial (au cinéma du moins, puisque les diffusions télé seront très suivies) les critiques et les réactions des gens sont positives.

C'est pendant ce tournage que deux projets s'offrent à Patrick : L'union sacrée, d'Alexandre Arcady et Force majeure, de Pierre Jolivet. L'Union sacrée est tourné pendant l'été 1988 et sort en 1989, avec un nombreux public au rendez-vous. Patrick est assez mal à l'aise sur le tournage de Force Majeure, en octobre, mais cela correspond au personnage incarné. Toujours est-il que le film est un succès lorsqu'il sort, et il est même sélectionné au festival de Venise en septembre 1989. En 1990 il retrouve brièvement Claude Lelouch, pour une courte apparition, à titre amical, sur Il y a des jours... et des lunes.

Suivra en août 1991 le tournage de Toutes peines confondues, de Michel Deville, avec Jacques Dutronc et Mathilda May, film au succès mitigé (mais plutôt un bon cru pour le réalisateur)lors de sa sortie en 1992. L'année suivante, on verra Patrick incarner le rôle d'un flic loser dans Profil Bas, de Claude Zidi.


Hollywood

En 1995, Patrick traverse l'Atlantique pour tourner dans Sabrina, de Sydney Pollack, puis revient en France pour Les cent et une nuits d'Agnès Varda. Il sera même en juin 1995 le président du festival du film à Paris.

En 1996, il retrouve Claude Lelouch pour la troisième fois en jouant dans Hommes femmes mode d'emploi, avant de s'envoler avec Jean Reno en Amazonie pour tourner Le Jaguar, de Francis Veber.

1997 marque une année cinématographique importante pour Patrick, qui tourne K, d'Alexandre Arcady, dans lequel il incarne le rôle d'un flic qui part à la recherche de l'histoire mouvementée et douloureuse des relations entre Juifs et Nazis depuis la seconde guerre mondiale.

En 1998, il apparaît dans trois films : Paparazzi d'Alain Berberian, Hors jeu de Karim Dridi, et The misadventures of Magaret, de Brian Skeet. L'année suivante, il joue dans Lost and found de Jeff Pollack.

En 2001, Patrick est à l'affiche de deux films : Le lait de la tendresse humaine de Dominique Cabrera, et Les jolies choses de Gilles Paquet-Brenner.


Téléfilms

Parallèlement à son premier rôle au cinéma, Patrick joue en juillet 1979 dans son premier téléfilm, Un pas dans la forêt, de Claude Mourthet, qui sera diffusé un an plus tard.

En 1980, pendant le festival de Cannes, il rencontre Margot Capelier, qui a dirigé Patrick sur plusieurs casting de téléfilms dont La mort au sautoir de Pierre Goutas.

Il tourne plusieurs téléfilms en 1981, dont le Rembrandt de Verrières, de Pierre Goutas, Maigret se trompe, de Stéphane Bertin, et enfin Paris Saint Lazare, de Marco Pico.

Deux ans plus tard, Patrick joue dans Des Larmes comme des couteaux, de Jacques Espagne, et dans Les malheurs de Malou, de Jeanne Barbillon et avec Bernadette Lafont. Enfin en 1984, il tourne avec Florent Pagny dans Mariage blues, de Patrick Jamain.


Théâtre

Au début des années 80, Pierrette Bruno recherche un jeune acteur pour sa pièce Le Charimari. Elle choisit Patrick, et la pièce se joue pendant deux ans avec succès.

Fin 1984, il joue dans On m'appelle Emilie, de Maria Pacôme, pièce qui fut un succès pendant de nombreux mois. Il confirmera ses talents en devenant en 1998 le producteur d'une pièce de théâtre d'Edouardo De Filippo.

En 2002, Patrick joue dans Le limier, d'Anthony Shaffer, dont les représentations devraient se poursuivre jusqu'en 2003.


Publicité

On a pu apercevoir Patrick dans plusieurs publicités (Schweppes, Sncf, Lessieur, etc.).


Musique

Aujourd'hui Patrick est un célèbre auteur, compositeur et interprète. Mais c'est en janvier 1975 que Patrick décide de devenir chanteur, après avoir vu un spectacle de Michel Sardou à l'Olympia.

En septembre 1982, il enregistre son premier 45 tours, intitulé Vide, avec en face 2 Jusqu'au bout, un premier essai qui ne le satisfait pas. Aussi parvient-il à obtenir de la maison de disque qu'elle ne le sorte pas en 45 tours.


Des débuts prometteurs

Début 1984 il enregistre Marre de cette nana là avec en face b Puzzle, premier single qui se vendra à 200 000 exemplaires. A l'occasion de la promo, il effectue sa première télévision en tant que chanteur en 1984, dans La chance aux chansons, célèbre émission de Pascal Sevran. Il passera ensuite chez Michel Drucker, et enfin, on commencera à parler de Patrick comme chanteur.

Son troisième 45 tours, Comment ça va pour vous ? avec en face b une version instrumentale du titre, voit le jour en 1985. Patrick fait alors la première partie de la tournée de Patrick Sébastien en juillet et août 1985 avec ces trois chansons.

Le 13 octobre 1985, il participe à un concert à la Courneuve, près de Paris, pour Chanteurs sans frontières, au profit des enfants victimes de la famine en Ethiopie.

Un nouveau 45 tours, Non j'veux pas !, sort juste avant son premier album, De face, réalisé par Didier Lozaïc et principalement co-écrit par Patrick et son complice Gérard Presgurvic. On y trouve déjà un titre de son frère David Moreau, ainsi qu'un duo avec Miou-Miou. Cet album se vendra à environ 20.000 exemplaires, avant d'être réédité au début des années 2000. A noter la participation de la regrettée Carole Fredericks dans les chœurs de cet album. En janvier 87 sort le single J'roule vers toi, avec en face b, Musique vieille. Le troisième extrait de l'album comprend les chansons Tout le monde peut se tromper et Ça fait des ordres (en face b).


Premières scènes

Quatre soirées à l'Olympia se préparent pour le mois de mai, première prestation sur scène déjà triomphante ! Patrick en garde d'ailleurs un souvenir magnifique. S'ensuivent une tournée et un premier album live, et toujours la même année, un voyage au Maroc pour enregistrer une émission des Carpentier, les parrains de la variété à la télévision.

Patrick résilie alors son contrat chez Phonogram, sa première maison de disque. Il signe en 1988 chez BMG, choisi surtout en fonction de son président. Cette même année, Patrick participe à l'émission Mon zénith à moi, de Michel Denisot.


Alors regarde

En mai il travaille avec son ami Guy Delacroix sur ses nouvelles chansons. C'est à cette époque que sont écrites On aurait pu se dire tout ça ailleurs qu'au café d'en bas, et Dors ; mais les premières écoutes de ces chansons par l'entourage de Patrick sont plutôt négatives. Il retravaille donc la première des deux chansons, qui deviendra J'te l'dis quand même.

L'artiste voulait un album authentique et sincère. Cette vérité a visiblement séduit son public, puisque le succès considérable du premier single, Casser la voix, en 1989 ne fait que préfigurer celui de l'album, Alors regarde, enregistré à New York, qui se vendra à 3 millions d'exemplaires. L'album est réalisé par Mick Lanaro, et une fois encore co-écrit et composé par Patrick et Gérard Presgurvic. Une version espagnole d'Alors regarde est sortie en 1992.

En 1989, Patrick participe à l'émission "Avis de recherche", de Patrick Sabatier, où il interprète pour la première fois Place des grands hommes, écrite spécialement pour l'occasion. C'est cette même année qu'il obtient une victoire de la musique pour le meilleur clip vidéo, pour Casser la voix. Le second extrait sort, J'te l'dis quand même, qui se solde immédiatement par des ventes record.


La Bruelmania

1990 et 1991 donneront la joie à Patrick de partir en tournée, en passant par le Zénith de Paris, pour 130 concerts qui réuniront 700 000 personnes. Le chanteur s'est occupé seul de la mise en scène de ce spectacle.

Le 9 juin 1990, Patrick participe à un concert à Paris Vincennes pour SOS Racisme.

Toujours en 1990, année de son triomphe artistique, il est nominé trois fois aux victoires de la musique, mais n'en obtient aucune, ce qui paradoxalement entraîne un raz-de-marée d'encouragements de la part son public. Au lendemain de la mort de Serge Gainsbourg, l'émission Sacrée soirée est consacrée à Bruel, qui entame l'émission en interprétant la Javanaise. Quelques mois plus tard, Elie Chouraqui réalise le clip de Place des grands hommes. Oublié l'année précédente, Patrick obtient en 1991 les victoire de la musique du meilleur interprète masculin de l'année, et du plus grand nombre de spectateurs en tournée. Il remporte également le prix du public sur M6.

En avril, il reprend ses concerts en province puis dans les îles, avant une tournée d'été qui sillonne les stades, chapiteaux et théâtres antiques, et qui s'achèvera mi-août à Annecy.

Il gagne en 1992 une Victoire de la musique pour l'album le plus exporté, ainsi qu'un Félix récompensant l'artiste de la francophonie s'étant le plus illustré au Québec. En septembre, il part d'ailleurs en tournée dans les pays européens puis au Canada.


Si ce soir…

En novembre, c'est la sortie du live Si ce soir…, réalisé par Mick Lanaro et Patrick, en deux volumes. L'artiste offre deux chansons à Johnny Hallyday, titres qui figureront sur l'album Ça ne change pas un homme. Il enregistre avec de nombreux autres artistes l'album Urgences pour la recherche contre le SIDA, et participe à l'album du Trio Esperança Acapela do Brazil, qui l'avait accompagné lors de sa tournée, en interprétant un duo (ou quatuor !) avec ses trois amies.


Les Enfoirés

1993 marque la première participation de Patrick au désormais annuel concert des Enfoirés, au profit des Restos du Cœur de Coluche ; il n'a depuis jamais manqué ce rendez-vous.


Album éponyme

Son troisième album, sobrement intitulé Bruel, après les débordements de la Bruelmania des années 90, sort en 1994. On ne change pas une équipe qui gagne, et l'album, toujours enregistré à New York, ville fétiche du chanteur, est encore une fois réalisé par Mick Lanaro et co-écrit par Bruel et Presgurvic.

Le succès est là, mais garde des proportions tout de même beaucoup plus humaines qu'Alors regarde. Patrick continue néanmoins à faire le plein de spectateurs -et surtout -trices), et remplit Bercy plusieurs soirs de suite. L'album live On s'était dit… témoigne du côté beaucoup plus rock et électrique de cette tournée, le chanteur s'étant notamment entouré du guitariste Aldo Nova (Bon Jovi) sur scène.


Bruel producteur

En 1996, Patrick fait ses débuts de producteur musical en parrainant le groupe brésilien Carrapicho. Ce seront ensuite Domino, en 1997, et Coumba Gawlo, en 1998.

Côté artistique, il enregistre en 1997 un duo avec Joe Cocker, Sorry seems to be the hardest word, avant de participer en septembre 98 aux concerts de Johnny Hallyday au Stade de France, et de prendre part à l'album Ensemble pour la recherche contre le SIDA, réalisé par Pascal Obispo.

Parallèlement, notons qu'en 1998, Patrick devient à Las Vegas champion du monde de poker, un jeu de stratégie qui le passionne depuis son adolescence.


Juste avant

En 1999 sort le quatrième album de Patrick, Juste avant, salué comme l'album "de la maturité", un opus familial puisque réalisé cette fois par ses frères David et Fabrice Moreau. Aux paroles et à la musique, on retrouve toujours la paire gagnante Bruel-Presgurvic, mais aussi David Moreau, Félix Gray (Au café des délices), et surtout une petite nouvelle, Marie-Florence Gros.

Une grande tournée s'en suivra, confirmant la force des chansons et surtout l'incroyable lien existant entre Patrick et son public. L'album live Rien ne s'efface témoignera encore une fois de ces instants magiques vécus chaque soir dans les salles de concert.


Artiste humanitaire

Le 22 mai 1999, Patrick participe au Tennis Concert pour les Enfants de la Terre de Yannick Noah, puis chante en duo avec Jean-Jacques Goldman le 6 août 1999 à Ouveillan, pour les Vendanges du Cœur. Un an plus tard, ce sera d'ailleurs lui qui tiendra la vedette de ce concert estival annuel au profit des Restos du Cœur.

Le 6 janvier 2000, il participe à Toulouse, au Bikini, à un concert en faveur des sinistrés des inondations dans l'Aude, aux côtés de Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel et bien d'autres artistes encore. La même année, il participe aux albums Solidays et Noël ensemble, tous deux destinés à recueillir des fonds pour la recherche contre le SIDA.


Bruel se donne

En 2000 une nouvelle victoire de la musique lui est décernée, cette fois pour le meilleur site Internet, avant qu'il ne soit élu meilleur artiste de l'année sur TV5.

Après Johnny Hallyday dans les années 90, Patrick reprend ses collaborations avec d'autres artistes, et offre ainsi deux titres à la Québécoise Isabelle Boulay sur son album Mieux qu'ici bas. En 2001,il enregistre également un duo sur l'album de Florent Pagny, Duos.

La même année, il écrit une chanson pour Sandrine François, Il faut du temps, qui représente la France à l'Eurovision.

Le 17 novembre, Patrick participe à Toulouse à un concert avec Francis Cabrel, Jean-Jacques Goldman, Zazie entre autres, au profit des sinistrés de l'explosion de l'usine AZF, deux mois plus tôt.


Entre deux

En 2002, le chanteur sort un double album tout à fait original, baptisé Entre deux : il s'agit d'un recueil de reprises des chansons des années 30 (entre les deux guerres mondiales, donc), interprétées pour certaines en duos (entre deux artistes donc), et enfin un album se positionnant entre deux albums plus traditionnels. Contre toute attente, ce disque connaît un succès énorme, auprès d'un public de 7 à 77 ans que l'artiste retrouve pour une tournée estivale dans des salles plus petites mais plus adaptées à l'ambiance bal populaires qui souhaite être donnée au spectacle.

Vélina / décembre 2002
Photo © X./BMG

DOSSIERS
  • Isabelle Boulay
  • Francis Cabrel
  • Jean-Jacques Goldman
  • Pascal Obispo
  • Yannick Noah
  • Zazie

  • 1986
    De Face

    1989
    Alors Regarde

    1992
    Si ce soir...

    1994
    Bruel

    1999
    Juste avant

    2001
    Rien ne s'efface

    2002
    Entre deux
    Participations

    1992
    Urgences

    1998
    Ensemble

    2000
    Solidays
    Noel Ensemble