SITE OFFICIEL

laurentvoulzy.com


SITES
NON-OFFICIELS


Les Gens d'Avril

Le monde de Laurent Voulzy


DISCUSSIONS
ENTRE FANS


voir les 3 sites ci-dessus.

Dans le paysage musical français, Laurent Voulzy est une exception. Il n'a que quatre albums solos pour vingt ans de carrière. La cause : la recherche de la chanson parfaite. La conséquence : rare sont ses titres qui n'ont pas connu le succès de Rockcollection à Amélie Colbert. La raison : des mélodies bien arrangés avec des textes signés par son alter-ego, Alain Souchon. Embarquement immédiat pour le Peter Pan de la perfection.


Le soleil donne

Lucien, dit "Laurent", Voulzy est né le 18 décembre 1948 à Paris, de parents antillais. Il passe une grande partie de son enfance à Nogent-sur-Marne. C'est vers l'adolescence que l'artiste a le déclic pour la musique. Tout au long de cette période, il s'essaye à différents instruments (guitare, batterie, harmonica, basse) tout en étant influencé par la musique anglo-saxonne (Beatles, Hollies, Shadows). A 17 ans, il part en Angleterre et en revient les bras chargés des disques de ses idoles. Il fait partie de différents groupes comme les Hellences, le Poing ou Le temple de Venus. Laurent Voulzy n'en oublie pas pour autant ses études en prenant des cours de droit à la faculté d'Assas à Paris.

Au début des années 70, le label RCA repère les cassettes envoyés par Laurent et lui fait signer son premier contrat. Il commence à composer pour les autres : Le temple de Vénus ("Plaisir solitaire", "Vos mains de dames"), Patricia, Mama's Joe Connection ("Mama Joe", "Deep purple"). Dès 1972, RCA le laisse faire des escapades en solo. Ainsi cinq 45 tours sortent : Folle de toi / L'amour est un oiseau en 1972, La maison à croquer / La sorcière en 1973, Milady / Je veux chanter pour toi en 1974, Filles de papier / Le miroir et Les radios qui chantent / Peggy.

C'est pendant cette période (en 1974) que Voulzy fait une rencontre essentielle : Alain Souchon, la fine plume de ses futurs tubes. Le tandem se complète : Souchon écrit les paroles tandis que Voulzy compose les musiques. Chacun sert la carrière de l'autre. Les fruits de leur collaboration mûrissent assez vite avec J'ai dix ans et Bidon qui permettent à Souchon de décoller.


Bubble Star

Ce n'est qu'en 1977 que Laurent Voulzy connaît le succès avec Rockcollection, chanson autobiographique évoquant ses souvenirs de jeunesse, ponctuée de grands tubes rocks 60's. Un million et demi d'exemplaires sont vendus en France et 5 millions à l'étranger. En 1978, il sort Bubble star, qui connaît aussi le succès. De son côté, Souchon sort un second album : Toto 30 ans. Les deux compères connaissent chacun un heureux événement avec les naissances de Julien Voulzy et Pierre Souchon.

De 1979 à 1988, Laurent Voulzy offre à son public deux albums solos (Cœur grenadine en 1979 et Bopper en larmes en 1983) et plusieurs 45 tours : Idéal Simplifié, Liebe, Les nuits sans Kim Wilde (auquel l'intéressée participe), Désir, Désir (en duo avec Véronique Jannot), Belle-île en mer, Le soleil donne et My song of you. En 1988, on retrouve tous ces titres réunis sur une compilation.

Depuis 1981, Laurent Voulzy est le propre producteur et éditeur de ses chansons. Le compositeur est toujours sollicité par Alain Souchon sur ses albums C'est comme vous voulez (1985) et Ultra Moderne Sollitude (1989). Ensemble, ils signent pour d'autres artistes : Lise Loial ("Cœur perdu", "Inquiete") et Véronique Jannot ("Aviateur"/ "Chagrin"). Laurent Voulzy participe à un duo avec Elsa (Jamais nous) et la chanson caritative Pour toi, Arménie, avec Charles Aznavour.


Caché derrière

C'est en juin 1992 que Laurent Voulzy livre à son public Caché dernière, troisième album studio. Six chansons en sont extraites : Paradoxal System, Le rêve du pécheur, Carib Island, Le pouvoir des fleurs, Le cantique mécanique et Caché derrière. En février 1993, l'artiste est encouragé par une Victoire de la musique du meilleur album de l'année. Cela lui donne la pêche pour monter sur la scène du Casino de Paris. Une tournée suivra avec un public toujours présent, comme en témoigne le double live Voulzy tour 94 qui contient l'inédit Du temps qui passe.

De son côté, Alain Souchon triomphe avec l'album C'est déjà ça où Laurent Voulzy compose trois musiques ( "Arlette Laguiller" et les singles "C'est déjà ça", "Les regrets"). D'autre part, les fils des deux compères (qui forment le duo Cherche-Midi) sortent leur premier album sous l'œil attentif des deux papas. En 1995, père et fils se retrouvent pour un album au profit de l'association Sol en si pour interprêter l'inédit Combien d'amour en trop, composé par les fistons.


Avril

Le tandem Voulzy/Souchon se retrouve sur le premier album post-Gainsbourg de Jane Birkin en lui offrant le single A la légère, qui donne son nom à l'album. En 1999, Alain Souchon sort un nouvel album Au ras des pâquerettes pour lequel Laurent compose cinq titres dont le single Tailler la zone. Le 3 décembre 2001 paraît (enfin !) Avril, le quatrième album studio de Laurent Voulzy. L'artiste y compose toutes les musiques. Il y écrit aussi trois textes, le reste étant attribué à son alter-ego Alain Souchon. Le single Une héroïne amorce l'arrivé de l'album. Il est suivi par Une fille d'Avril, début février 2002. Ce même mois, Laurent Voulzy reçoit la Victoire de la musique du meilleur album pop-rock de l'année. Début octobre, Amélie Colbert, l'une des chansons signés paroles et musiques de Voulzy est le troisième extrait et annonce la tournée. Durant la même année, Laurent a trouvé le temps de rejoindre, le temps d'une chanson, Henri Salvador sur son album live.

Jean-Michel ROYER & Ludovic LORENZI / 31 octobre 2002
Photo © Jean-Baptiste MONDINO/BMG

CHRONIQUE
  • Avril

  • 1979
    Coeur grenadine

    1983
    Bopper en larmes

    1992
    Caché derrière

    1994
    Voulzy Tour

    2001
    Avril