Carla Bruni s'était déjà fait une carte de visite dans la chanson en écrivant les textes de l'album de Julien Clerc Si j'étais elle, il y a deux ans. La voici de retour comme auteur, compositeur et... interprète.

Jusqu'à présent, on misait sur des grands timbres de divas poussés à leur paroxysme. Cette voix-là est un peu plus fluette mais non dépourvue de charme et d'émotion, bien au contraire. Un style un peu dans la lignée de Jeanne Moreau ou Françoise Hardy, avec un coté émotionnel à la Barbara (sans l'aspect écorché vif). Il est évident que le ton change par rapport à ce qu'on peut entendre à la radio actuellement, mais c'est peut-être pour cette raison que cet album marche si fort auprès du public.

La belle s'est offert les services de Louis Bertignac pour la réalisation et les arrangements. La recette est efficace : le dosage dans les ingrédients est idéal : pas d'orchestration tapageuse ni grandiloquente, et des arrangements essentiellement basés sur des instruments à cordes. Douze chansons pour 37 minutes. Ni trop long, ni trop court. Beaucoup trop d'artistes s'évertuent encore à vouloir exploiter les 80 minutes que peut contenir un CD et faire du remplissage.

Les thèmes des chansons tournent essentiellement autour de l'amour et des relations entre hommes et femmes... abordés sous différents angles : la complémentarité dans Le toi du moi, l'égocentrisme dans Le plus beau du quartier, l'insouciance volage dans J'en connais, mélancolie positive dans Quelqu'un m'a dit... Carla Bruni contourne aussi parfois les propos. Dans Raphaël, c'est la description du prénom (celui de son mari) qui est mise en avant et non celle du physique.

La belle s'essaye même à des exercices de styles. Les assonances en X dans L'excessive pourraient faire penser à ce texte que Gainsbourg avait écrit pour Françoise Hardy : Comment te dire adieu.

Ce n'est donc sans doute pas un hasard si on retrouve la reprise d'une œuvre du maître Lucien Ginzburg : La noyée. On pourrait s'attendre à ce que cette chanson prenne le pas sur les autres, il n'en est rien. Elle se noie dans la masse et ne rompt pas l'uniformité de l'album. Un argument qui conforte la qualité des textes de Carla Bruni.

Il est encore trop tôt pour en parler, mais sans doute verra-t-on un jour Carla Bruni briller au firmament des grands poètes de la chanson. Qui dira après ça que les anciens top modèles ne peuvent travailler qu'avec leur physique ? Quelqu'un m'a dit est un album qui sort vraiment de l'ordinaire.

Ludovic LORENZI / 2 Mars 2003
Photo © X./Naive

Carla BRUNI
Quelqu'un m'a dit
Naive


  • Quelqu'un M'a Dit
  • Raphaël
  • Tout Le Monde
  • La Noyée
  • Le Toi Du Moi
  • Le Ciel Dans Une Chambre
  • J'en Connais
  • Le Plus Beau Du Quartier
  • Chanson Triste
  • L'excessive
  • L'amour
  • La Dernière Minute