DOSSIERS
  • Jean-Jacques Goldman
  • Starmania

    INTERVIEWS
  • Gildas Arzel
  • Christophe Battaglia
  • Jacques Veneruso
  • France d'Amour n'imaginait pas un jour aller conquérir artistiquement le pays dont elle porte le prénom. Accompagnée de treize titres signés par de grands auteurs français, la voilà munie de sérieuses cartouches à découvrir le 17 septembre prochain : vous atteindront-elles droit au cœur ?


    Si les grands froids (ou Passer à la télé)

    L'histoire de cet album débute lors d'un Tapis Rouge spécial France-Québec, il y a 3 ans. France d'Amour y interprétait Ce soir, on danse à Naziland issu de l'opéra-rock " Starmania ". Robert Goldman (alias J.Kapler) remarque la jeune femme et lui propose des chansons. L'album se concrétise durant les deux années qui suivent.

    Pour la première fois, France d'Amour met ses talents d'auteur-compositeur en retrait. Elle ne collabore à l'écriture que de deux titres, dont Je n'irai pas ailleurs, écrit quelques années auparavant. Pour le reste, J.Kapler a écrit et composé, avec plus ou moins de brio, six titres. Il produit l'album avec son fidèle lieutenant Christophe Battaglia (T.Arena, I.Boulay, C.Fredericks) qui, par ailleurs, signe deux autres titres assez réussis. Jacques Veneruso (l'auteur-compositeur du duo Sous le vent) est aussi de la partie en signant deux titres quelque peu décevant. Quant au talentueux guitariste Gildas Arzel, il signe un magnifique blues, Laisse-moi, le second titre du single Que des mots sorti en juillet dernier. On regrette d'ailleurs que la maison de disque l'ait ainsi sacrifié en l'écartant de la liste des singles potentiels.

    Espérons donc qu'elle n'évince pas de la course promotionnelle le très poétique et rêveur S'il n'y avait pas la nuit, texte co-signé par un jeune auteur, Enrique Andreu (J.J Lafont), et par Jean-Jacques Goldman lui-même. On retrouve d'ailleurs ce dernier en forme, signant Passer à la télé, un deuxième titre plein d'humour consacré à la (trop ?) rapide et parfois éphémère célébrité des "stars" des émissions de real-tv.


    Quand je me love en toi

    La voix douce et rock de France d'Amour accroche, tant on sent qu'elle a donné toute sa pêche aux chansons que lui ont confectionnées ses auteurs-compositeurs. En revanche, on reste un peu sur sa faim en ce qui concerne les arrangements musicaux du tandem Kapler/Battaglia qui, à force de tout programmer, amoindrissent la qualité des compositions. D'autre part, si l'ensemble des titres semble correspondre à l'interprète, l'orchestration laisse un peu perplexe.

    Ces deux faiblesses seront sans doute rattrapées lors de la prestation de l'artiste sur scène le lundi 28 octobre sur la scène de la Cigale (Paris), accompagnée de musiciens prêts à l'improvisation. Elle devrait, aussi alors interpréter des chansons de ses trois précédents albums parus au Canada. France d'Amour fait sans doute partie de ces interprètes qui donnent une dimension nouvelle à leur répertoire lorsque qu'ils le défendent sur scène.

    Jean-Michel ROYER / Septembre 2002
    Photo © Claude Gassian/Columbia

    France d'AMOUR
    France d'Amour

  • Que des mots
  • Si les grands froids
  • S'il n'y avait pas la nuit
  • J'oublierai
  • Si tu cherches
  • Laisse-moi
  • Je n'irai pas ailleurs
  • Le bonheur me fait peur
  • Quand je me love en toi
  • Signe des temps
  • Passer à la télé
  • Vous étiez