CHRONIQUE
  • La Zizanie

    DOSSIERS
  • Axel Bauer
  • Isabelle Boulay
  • Calogero
  • David Hallyday
  • Pascal Obispo
  • Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce nouvel opus risque d'en dérouter plus d'un à la première écoute. Certes, Zazie fait toujours des chansons pop-rock comme on les aime, mais ses compositions ont pris une tournure très électro en début d'album (Rue de la paix, Danse avec les loops, Adam et Yves) ! La Belle apprécie les musiques de Prodigy, des Chemical Brothers, de Daft Punk et de Björk et comme en témoingne le resultat. Après quelques écoutes de l'album, on s'habitue assez facilement au charme étrange de ces chansons (à part peut-être le premier couplet de Adam et Yves qui sonne... bizarre...)


    Zazie varie beaucoup plus les ambiances en deuxième partie de disque pour notre plus grand plaisir : piano sur lequel on aimerait l'entendre chanter plus souvent (Sur toi), violons omniprésents, auxquels on n'est pas non plus habitués (Qui m'aime me fuit), voire un mélange des deux (sublime Si j'étais moi dont l'émotion "prend à la gorge", un peu comme Jean-Bastiste Mondino saisi celle de Zazie sur la pochette ;)), et bien sûr des grosses guitares (La zizanie).


    Puisqu'on en est à parler des compositions, sachez que Zazie en a signé 11 sur les 13 proposées. C'est son frère Phil Baron qui s'est occupé de Qui m'aime me fuit et Fabien Cahen (du groupe Cox) de Dans la lune. Même si cela n'a pas été humainement évident, Zazie s'est séparée de sa Tribu de Zigottos (qu'elle retrouvera peut-être sur un prochain album selon ses dires) pour amener du sang neuf à la conception de cette joyeuse pagaille, exception faite de son complice et guitariste Pierre Jaconelli, qui réalise l'album. Vous découvrirez ainsi David Salkin (batteur), Jean-Pierre Pilot (claviers) et Nicolas Fiszman (basse). Ce dernier n'est d'ailleurs pas complètement un inconnu puisqu'il était déjà présent sur 8 titres de deuxième album "Zen". Il y a d'autres invités exceptionnels pour quelques titres dont Olivier Schultheis et David Sinclair Whitaker (direction et arrangements des cordes), Didier Iphursarry (accordéon) et Manu Goulet (Protools).


    Zazie a conçu La zizanie avec deux idées en tête : avoir un son live et surtout "casser les codes". Comprendre par là qu'elle a tout fait pour éviter de se répéter par rapport aux anciens albums et gommer ses tics. Le challenge est plutôt réussi. Seuls Adam et Yves peut faire légèrement penser à Cyber (grosse guitare électrique et sons technoïdes) et - plus évident - Sur toi rappelle un mix de Femmes téfales et Dodo Rémi. Mais comment ne pas lui pardonner, tant ce dernier titre est réussi et chargé d'émotions ? ;)


    Côté textes, la Belle signe la totalité des titres, excepté Adam et Yves confié à Joëlle Kopf, qui parle avec pudeur de l'homosexualité. On aurait sans doute préféré que Zazie mette ses propres mots sur ce thème...


    Les autres thèmes de l'album sont aussi variés que sur l'album précédent. On y découvre des textes très durs, intimistes (On éteint le plus grave - à lire attentivement), Aux armes citoyennes, sublime Si j'étais moi), des textes plus légers (La fan de sa vie, Tais-toi et rap et une bien belle déclaration d'amour (Sur toi). Elle frappe parfois là où ça fait mal A ceux qui ont / Le droit de dire / Elles, de se taire / (...) A nous mes frères / Qui laissons faire", "On a crevé les yeux de nos poupées / (...) On grandit / (...) On est un bourreau qui pleure pour un rien / Une victime plein de sang sur les mains", "VLAN / Prends ma douce main dans ta face / Toi le business man qui décide à notre place. Mention spéciale pour La fan de sa vie qui mériterait de faire réfléchir plus d'un fan... Mais lequel avouera se reconnaître dans ce texte dérangeant par rapport à la Belle ? Tu es la fan de sa vie / (...) Puisque sa vie te rassure / Et que la tienne est trop dure / Tu le seras jusqu'au jour / Où tu verras que l'amour / N'est pas à vendre / Mais à vivre"...


    Des textes originaux, donc, même si on ne peut s'empêcher de faire des rapprochements plus ou moins éloignés (!) entre Aux armes citoyennes et Sous le voile qui parlent de la (mauvaise) condition de la Femme dans le monde, entre Made in love qui traite du formatage de la séduction...et Cheese qui parle de l'importance de l'influence physique dans les comportements humains. D'ailleurs, au sujet de choses que la vie nous impose, La zizanie dénonce aussi la tentative de formatage des artistes et des chansons de variété pour plaire à la fameuse ménagère de 50 ans (qu'on prend un peu trop pour une "demeurée", dira-t-elle poliment). Zazie avoue jouer un minimum le jeu des business men (les siens sont sympas !), mais sans être dupe une seconde ;) Joli pied de nez !


    Le livret octogonal original du cd est sobre, textes blanc sur fond gris métallisé, simplement agrémenté des deux photos noir et blanc par Jean-Baptiste Mondino. On aurait bien aimé en trouver plus !


    Rue de la paix, choisi comme premier single, arrive comme une évidence. C'est celui qui rappelle le plus la Zazie's touch que l'on connait. Espérons que les futures autres choix se porteront sur des titres moins évidents, plus audacieux. Il y a le choix !


    Difficile d'imaginer la façon dont le public va percevoir La zizanie. Les premières critiques de la presse semblent ne pas laisser place à la demi-mesure. Elle adore ou elle déteste, heureusement avec un fort penchant pour l'adoration :).


    Zazie en 2001 peut paraître rebelle, mais elle se définit simplement personnelle. "Avec l'ère du formatage, on a l'impression qu'être soi-même est un acte militant !" La Belle nous propose donc un 4e album subtil, intense, abouti. Nous en disposons : il est tombé dans les bacs depuis mardi dernier. :)


    Zennemi / Octobre 2001
    Photo © X./Mercury

    Zazie
    La Zizanie

  • Rue de la paix
  • On eteint
  • Danse avec les loops
  • Adam et Yves
  • Aux Armes citoyennes
  • Sur toi
  • La Zizanie
  • Cheese
  • Qui m'aime me fuit
  • La Fan de sa vie
  • Passer à la télé
  • Si j'étais moi