CHRONIQUES
  • Soledad

    DOSSIERS
  • Les Dix Commandements
  • Lionel Florence
  • Nourith
  • Natasha St-Pier
  • Zazie

    INTERVIEWS
  • Lionel Florence
  • Nourith
  • Après un premier opus live en 1998, Pascal Obispo nous gratifie d'un deuxième album en public - Millésime - en cette fin d'année 2001. Malheureusement, comme à son habitude, suite à ce que l'on peut vivre en tournée, l'artiste nous frustre... et pas qu'un peu...


    Déjà, son site officiel nous promettait deux inédits pour n'en trouver qu'un seul au final. Absence pardonnée ; le titre On n'oublie pas d'où l'on vient (Lionel Florence / David Gategno) figurera en duo sur le nouveau cd de Florent Pagny "2".


    Ensuite, le pressage cd a fait l'impasse des petits moments "d'intimité" entre Pascal et ses fans. Le fait qu'aucun mot ne vienne servir de transition entre les titres rend l'ambiance un peu froide par rapport à ce qu'on a pu vivre. Passe encore.


    Puis, sacrilège ! Il ampute Pas besoin de regrets / Relax d'1 minutes 30 sur la fin. Faute heureusement réparée sur les supports vidéo !


    Mais enfin, la chose pour laquelle on lui en veut réellement, c'est le fait d'avoir réduit un tracklisting de 20 chansons (lors des premières sessions) à seulement 13 titres live, plus l'inédit studio sur un... simple cd... Là, on n'est pas d'accord. D'autant que Pascal explique l'absence de certains titres par le fait qu'il voulait proposer un live différent du précédent... Alors pourquoi avoir laissé Lucie dans la même version que le Live 98, idem pour Où et avec qui tu m'aimes (présent sur le dvd uniquement) et Assassine dont la version diffère de quelques phrases et d'une fin légèrement remaniée ? Ok, il n'était pas satisfait sa nouvelle version de Plus que tout au monde. Dommage pour nous. Le duo avec Lionel Richie sur L'important, c'est d'aimer / I forgot manque aussi... Mais surtout comment a-t-il pu retirer Tue par amour, la chanson qui a mis le plus d'ambiance sur la tournée ? Mystère...


    Maintenant, soyons très clair : notre frustration commune lui est plutôt flatteuse (quand on aime, on est exigeant !) et ne retire rien à la qualité des chansons présentées. Aussi, merci : on se délecte particulièrement de Par absence, encore plus émouvante sur scène que la version studio, et de Mon océan, deux titres qu'il avait pourtant abandonné en cours de tournée. Ouf ! Le duo avec Calogéro sur Ce qu'on voit est aussi une belle réussite.


    A choisir, même si le cd collector ne manque pas d'intérêt avec sa bande dessinée de 60 pages avec pour héros Pop (Obispo caricaruté façon Manga), si vous avez un budget limité, il vaudra mieux payer un peu plus cher et se reporter sur la vhs et le dvd du spectacle qui, en plus de l'image et du son en 5.1 particulièrement soignés, nous offre quelques titres supplémentaires, et non des moindres : Personne - Mon océan - Où et avec qui tu m'aimes - L'envie d'aimer (avec les Dix commandements) - Tombé pour elle.


    On se réjouira également des bonus comprenant les clips de "Ce qu'on voit, allée rimbaud", Millésime et Neil Armstrong ou Gagarine (2e single live potentiel ?) accompagnés de leur making off (sur le dvd uniquement).


    Ce dernier est une grande réussite ! Les aventures de Obispo-Pop et sa Tribu font l'objet d'une adaptation en un court-métrage époustouflante, précédant le vidéoclip de la chanson ! Un seul regret : les voix ne sont pas doublées par les principaux intéressés... Un bel hommage aux Mangas (merci Marc Maggiori), comme l'on aussi rendu récemment les Daft Punk avec leur clip réalisé par le dessinateur d'Albator.


    Après quelques grincements de dents des fans sur le web à la sortie du cd, le support vidéo arrivé une semaine plus tard a calmé les ardeurs et par sa qualité ferait presque oublier les chansons de la tournée supprimées... Hum... Presque, Pascal ;)

    Zennemi / 2001
    Photo © William Sitruck/Epic

    Pascal Obispo
    Soledad