Il était attendu depuis longtemps, il est enfin arrivé dans les bacs mais la grosse surprise de cet album réside dans le fait que c'est un album 100% instrumental mais 100 % Dan Ar Braz.


Dan Ar Braz est connu par tous les fans de musique celte, traditionnelle puisque c'est notre représentant le plus compétent dans ce créneau musical. Après avoir triomphé sur toutes les scènes avec l'Héritage des celtes (plus de 100 dates archi-complètes dans les plus grosses salles d'Europe). Pour ce nouveau cru, Dan fait une parenthèse, comme il le précise dans sa préface du disque, ce n'est qu'une simple trace sur le sable avant que la mer ne l'efface. Mais quelle trace ! c'est bel et bien un bijou dans un écrin avec une orchestration parfaite, les mots sont inutiles tant la précision et le choix rigoureux de chaque note a été pesé avec minutie. Pourtant on aurait pu se lasser de tous ses morceaux instrumentaux mais la magie tellement présente ne peut que satisfaire tout public à la recherche d'un moment de détente, paisible. Excellent en cas de cafard, coup de blues, cet opus s'écoute en boucle et procure un effet exceptionnel, en fermant les yeux quelques instants on se retrouve seul sur la mer. Collaboration: ce mot résume bien cet album puisque Dan s'est entouré de la crème des musiciens, on croise sur cet album le gratin de la musique irlandaise et en apogée la participation exceptionnelle de l'Irish Film Orchestra. Cet album restera à jamais autobiographique, puisqu'il suffirait de poser quelques mots sur ces notes pour retracer la vie de Dan Ar Braz, d'ailleurs les dédicaces du livret ne peuvent être plus explicites. Dans les crédits on remarquera la participation de l'équipe Music Man de Pascal Obispo et pour parachever le tout un message simple mais criant d'amitié de Jean Jacques Goldman destiné à son ami Dan : On aurait pu croire qu'il s'agissait d'un disque de guitariste, mais en y regardant de plus près d'un disque d'un compositeur. Mais en écoutant bien, on s'aperçoit qu'il s'agit avant tout du disque d'un homme compositeur et guitariste, tant cette musique est pleine de son authenticité, de sa profondeur, de sa générosité, de son intraitable fidélité. Plus explicite il n'y a pas. Le talent se reconnaît toujours.

Yann CORVISIER / 18 mars 2001
Photo © X./

Stephan EICHER
Hotel's