DOSSIERS
  • Jean-Jacques Goldman

    INTERVIEWS
  • Gildas Arzel
  • Jacques Veneruso
  • Le pack Goldman et co
    Après les voitures, les portables, les maisons de disque viennent de lancer un nouveau concept révolutionnaire, l'album à succès garanti en pack prêt à consommer. Vous prenez une équipe qui se connaît bien, un thème, une voix légendaire, vous secouez le tout et le fruit des cogitations sort et tombe en faisant des vagues : ce résultat s'appelle "Yannick Noah" le disque éponyme chanté par Yannick Noah, qui assure ainsi son retour, réussi, sur le devant de la scène après de longues années d'absence.


    Racines, autobiographie, amour
    Cette équipe de choc se compose de Jean Jacques Goldman qu'on ne présente plus, plus ses acolytes J.Kapler (le frère Goldman ou lui, le mystère reste entier), Jacques Veneruso , Cyril Tarquigny, Gildas Arzel (qui passe en guest) et pour mixer le tout le duo choc "Battaglia/Benzi" qu'on retrouve également sur bien d'autres albums. L'équipe ainsi formée, et prête à assurer son service essaye de coller au personnage de Yannick Noah, quelqu'un de libre, très attaché à ses racines multiples "de père camerounais et de mère française", le Cameroun est d'ailleurs très présent sur cet album.


    Courageux dans ses opinions
    Le message qui passe "je prône la tolérance, je suis un citoyen du monde" mais ne crache pas dans la soupe et avoue "chanter c'est pour s'aimer, j'ai besoin de partager, de donner que ce soit sur scène, ou sur un court". On ne peut oublier que Yannick Noah a quand même été un des plus grand tennisman français des années 1980, son punch, sa vitalité, nécessaire dans ce sport, l'ont sans doute aidé à franchir le pas qui le mènera vers la chanson. D'abord en anglais, puis plus surprenant, en Français.


    Naturel, sans conservateurs.
    Du reggae ? peut être ? le style musical ainsi choisi est mystérieusement agréable à écouter puisqu'il suffit de fermer les yeux pour se retrouver là bas, dans ce pays qui a quand même forgé sa culture. Plus étonnant encore, les chœurs sont des gens du pays et l'album ressemble plutôt à un bœuf, une improvisation qu'un enregistrement studio avec mixage hyper sophistiqué. La preuve, les chœurs ont été enregistrés dans les rues de Kribi (Cameroun) avec les instruments locaux (notamment le jembe). Pour cet album d'ailleurs Yannick a perdu son accent camerounais qu'il appuyait fortement notamment le tube Saga Africa. Les mots choisis jonglent sur une musique très rythmée, très fluide, facile et agréable à retenir. L'hommage à son grand-père est aussi touchant "Simon Papa Tara" qui lui a indiqué le chemin à suivre vers un épanouissement personnel. "Je ne doute pas de la force des hommes, ainsi cet album nous prouve qu'il sait canaliser sa force pour nous permettre d'écouter, un album au succès garanti.

    YANNICK NOAH sera en concert exceptionnel le Mardi 5 Décembre 2000 à l'Olympia pour un concert "debout", inimaginable de ne pas bouger devant un tel artiste si dynamique.

    Yann CORVISIER / Septembre 2000
    Photo © Claude Gassian/Columbia

    Yannick NOAH
    Yannick Noah
  • Simon Papa
  • Madingwa
  • Simon papa Tara
  • Ecoute
  • Sans moi
  • Jamafrica
  • Les lionnes
  • La voix des sages
  • Ni divin ni chien
  • J'aime les gosses
  • No Mèlène me ziga nda
  • Entre ta peau et la mienne
  • Quand la danse